Was ist das ? Chroniques d’une Francaise à Berlin, Pascale HUGUES

Posted on
chroniques d'une Francaise à Berlin

De Pascale Hugues (les Arènes)

Pascale Hughes est une journaliste et auteure française, vivant à Berlin. Connu pour avoir écrit la robe d’Hanna pour lequel elle remporte le prix européen, ou Marthe et Mathilde (histoire de ses deux grands-mères alsaciennes), entre autres, elle évoque maintenant les différences entre la France et l’Allemagne.  Ce qui est intéressant avec elle, c’est son regard « alsacien » sur la France et l’Allemagne, teinté de beaucoup d’humour.

Résumé

Was ist das ? ça veut dire « qu’est-ce que c’est ? » Et bien le livre traite de nos différences, notamment politiques, de mentalité et de langage entre nos deux beaux pays.

Les chapitres traitent des sujets, tel que :

  • L’administration
  • La mode
  • Le confort
  • Les nudistes et les prudes
  • Les variations de la langue
  • Les déboires des politiciens de France et d’Allemagne

Parce qu’elle est journaliste et qu’elle vit depuis vingt-cinq ans de l’autre côté du Rhin, Pascale Hugues connait son sujet, notamment celui très fermé des politiciens qu’elle interviewe.

Elle nous parle surtout des deux grandes capitales, de Paris à Berlin, deux capitales complètement différentes, où le pouvoir se concentre. C’est la pratique du pouvoir qui donne leurs couleurs aux deux cultures, à nos mentalités respectives et à nos

Voilà, ce qui l’on trouve sur la quatrième de couverture : « Un déjeuner au restaurant du Sénat à Paris puis, quelques jours plus tard, un autre à la cantine du Bundesrat à Berlin, m’en ont appris beaucoup plus que tous les traités de droit constitutionnel sur le fonctionnement de la démocratie dans nos deux pays. »

Un livre centré avant tout sur la politique

Très centré sur la politique, elle met en évidence à travers la structure administrative, le restaurant du Sénat et celui du Reichstag, le comportement de nos politiciens, nos différences de mentalité. Si le Français chauvin, se dandinant dans Paris sur des échasses Louboutin, se garant en double file et lisant les derniers scandales des politiciens, l’Allemand lui, se prélasse à poil devant le Reichstag, structure froide où le pouvoir reste un devoir citoyen et pas une orgie médiatique.

On apprend donc, qu’en Allemagne, le pouvoir s’exerce avec de la dignité, où un élu n’a presque aucun avantage en nature- la discipline allemande où les scandales politiques se résument à rien, que dalles, si peu qu’ils pourraient en être navrant.

Elle nous explique qu’il est dans la fonction du politicien français d’être un voyou, un menteur, un voleur. Qu’il serait impossible en Allemagne d’entendre parler de l’affaire Fillon.

Pascale Hughes, en tant qu’Alsacienne décrit aussi cette Allemagne d’après-guerre, qui s’est relevée si rapidement alors que la France vit encore au milieu de ses ruines. Une Allemagne qui énerve, avec sa politique si parfaite, si transparente, ses BMW qui ronronnent dans les rues reconstruites sur les plans du Moyen-âge. Car là, encore, il est question de politique, et de politique entre les deux Allemagnes, car si l’une agace (Ouest), l’autre fascine (Est).

RDA mon amour

Enfin quelqu’un qui parle de la RDA, ancienne Allemagne de l’Est. C’est d’ailleurs la grande qualité de ce livre. Elle est l’une des seules journalistes à avoir traversé la frontière juste après la chute du mur, découvrant un pays tout neuf, juste sorti de cette coquille du rideau de fer.

Cette RDA qu’on a voulu taire, on s’y promène dans ce livre en 1990, chose exceptionnelle encore, qui se risquerait à étudier ce pays de l’Est au regard grisonnant.

Elle est là aussi la vraie différence culturelle franco-allemande. La RDA, c’est un peu la France, jusque dans la mentalité, alors que l’Ouest représente cette Allemagne en pleine effervescence économique.

L’Ouest de l’Allemagne, c’est elle la bonne élève de l’Europe, celle qu’on déteste parce qu’elle est sans défaut, miss Parfaite insupportable, donneuse de leçon, manquant cruellement d’un scandale politique.

L’Allemagne de l’Est, elle, qui n’a rien à voir avec l’autre morceau, est pour tous les Français cette petite cousine de la patrie, d’ailleurs, ils nous aiment là-bas, à l’Est.

Mon avis : le cul entre deux chaises de tous les expatriés du monde

Le livre est agréable à lire, fluide dirons-nous et avec une tranche d’humour bien marqué.

C’est d’ailleurs les cours chapitres qui facilitent la lecture. Elle nous donne son point de vue que beaucoup d’expats partagent, ce sentiment de piquer à l’une et à l’autre des cultures, les meilleurs aspects.

Oui l’Allemand fait du bien, éduqué, poli, toujours discipliné, confortable (pourquoi se niquer les pieds avec des talons alors que les Birkenstoks sont si confortables). Mais elle évoque aussi la passion des sentiments à la Française, notre côté frivole et qui nous rend si attachants, dans nos manières si chaotiques, dans nos démarches si érotiques qui manquent si cruellement de l’autre côté.

Un livre feel good pour les Français en Allemagne et pour les autres, restés en France, pour comprendre les différences culturelles qui nous font nous aimer et nous détester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.